passarito-paris.png

Le coq de Barcelos

" Une certaine fois à Barcelos, un pèlerin de passage fut condamné au gibet pour un crime commis dans ce village, pour lequel personne n'avait pu trouver le coupable. Pour prouver son innocence, le pèlerin implora Notre Dame de faire un miracle. Et pour dernier voeu, il demanda à être reçu par son juge. Celui-ci le reçut dans sa salle à manger ; le condamné, dans son inattendu défi à la providence, voyant le coq braisé sur la table du juge, jura que le coq se lèverait et chanterait pour prouver son innocence. Aussitôt dit, aussitôt fait : le coq se leva en chantant. Et l'étranger, injustement accusé, fut gracié. "

Azulejos traditionnels portugais créés pour Pássarito et réalisés par la Ofinica Cerãmica de Pombal

.